Accueil VidéosFace à l'info Face à l’info – 09 septembre 2020

Face à l’info – 09 septembre 2020

4 commentaires
Eric Zemmour face à Christine Kelly dans l’émission Face à l’info du 09 septembre 2020

Insécurité et séparatisme: sujets prioritaires ?
Les Oscars otages des minorités
Et si on supprimait les impôts ?
Europe et Turquie: un affrontement millénaire ?
Richelieu: une certaine idée de la France

4 commentaires

de Pesloûan 10 septembre 2020 - 8 h 25 min

J’ai trouvé Eric Zemmour excellent hier soir sur Cnews, 9 septembre 2020.

Répondre
de Pesloûan 10 septembre 2020 - 8 h 27 min

Bon, je recommence : j’ai trouvé Eric Zemmour excellent hier soir sur Cnews le 9 Septembre 2020.

Répondre
Claude MERCIER 10 septembre 2020 - 8 h 34 min

bonjour Eric
votre supposition que l’empoisonnement de Navalny soit un coup de la CIA pour pourrir les relations entre Russes et Allemands se tient car on les sait capables de tous les coups les plus tordus. Mais si cette théorie est juste, ce que je ne comprends pas, c’est comment ils pouvaient prédire et pour quelle raison particulière d’ailleurs, les Allemands se porteraient au secours de Navalny.
cordialement

Répondre
LEVITTE 10 septembre 2020 - 19 h 57 min

La lutte contre le terrorisme est en relation étroite avec la construction de l’espace de liberté, de sécurité et de justice. En effet, en vertu de l’article 29 du TUE, « l’objectif de l’Union est d’offrir aux citoyens un niveau élevé de protection dans un espace de liberté, de sécurité et de justice, en élaborant une action en commun entre les Etats membres dans le domaine de la coopération policière et judiciaire, en prévenant (…) le terrorisme et en luttant contre ce phénomène ». Sur base de cet article, l’Union européenne a développé toute une série de mécanismes destinés à lutter contre le terrorisme. Ce sont ces instruments qu’il convient d’examiner (1e partie). La réunion du Conseil européen de Tampere a initié une dynamique que les événements du 11 septembre ont contribué à relayer. Les attentats ont permis, malgré leur caractère tragique, de donner une nouvelle impulsion au processus (2e partie).
6La lutte contre le terrorisme a servi de fil directeur à l’action de l’Union mais aussi à celle d’autres institutions internationales. C’est le cas du Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux. Le GAFI a adopté, lors d’une réunion plénière extraordinaire à Washington D.C. les 29 et 30 octobre 2001, huit recommandations spéciales pour contrer le financement du terrorisme. L’ordre du jour de son assemblée plénière des 29 et 30 janvier à Hong-Kong, était axé quant à lui, essentiellement sur une première phase de l’évaluation de la législation.
7Les attentats du 11 septembre ont marqué leur empreinte dans d’autres enceintes telles que les Nations Unies. Les travaux relatifs à l’élaboration d’une convention globale sur le terrorisme international ont trouvé un nouvel élan. Parallèlement, la Convention internationale pour la répression des attentats terroristes est entrée en vigueur le 10 avril 2002. Cette convention illustre la reconnaissance du fait que le financement est au cœur des activités terroristes. D’ailleurs à ce sujet, le Conseil de sécurité a adopté le 28 septembre à l’unanimité, la résolution 1373 visant les terroristes et ceux qui les abritent, les aident ou les soutiennent. Cette résolution oblige les Etats membres à coopérer dans des domaines aussi divers que la répression du financement du terrorisme, l’alerte rapide, la coopération dans les enquêtes criminelles et l’échange de renseignements sur les risques d’attentats terroristes. Sur base de cette résolution, les Etats sont tenus de faire un rapport sur leur législation au Comité contre le terrorisme. L’objectif est d’identifier leurs lacunes dans la lutte contre le terrorisme et de les inciter à prendre les mesures nécessaires pour les combler.
8Les événements du 11 septembre ont également focalisé l’attention sur le risque terroriste. Les responsables européens en charge de ces dossiers ont été amenés à redéfinir les menaces qui pèsent sur l’Union. La réorientation du concept européen de sécurité vers la menace terroriste est davantage un ajustement qu’une refonte radicale. L’immigration a toujours été considérée comme étant de près ou de loin liée à la criminalité organisée. Les modifications du concept provoquées par les attentats du 11 septembre ont conservé cette dialectique étranger-menace criminelle.

Répondre

Laisser un commentaire

Vous pourriez aussi apprecier