Accueil Vidéos Face à la rue – 25 octobre 2021

Face à la rue – 25 octobre 2021

S'abonner à la newsletter

Eric Zemmour était l’invité de la nouvelle émission de Jean-Marc Morandini « Face à la rue » en direct de Drancy sur CNews ce lundi 25 octobre 2021.

6 commentaires

Christophe MAZIERE 26 octobre 2021 - 8 h 25 min

Sacrément courageux d’aller sur ce terrain, surtout Drancy !! Chapeau

Répondre
Moshé 29 octobre 2021 - 15 h 33 min

Il aurait dû continuer le striptease, jusqu’à la culotte, si elle en met !

Répondre
toni spatazza 26 octobre 2021 - 17 h 52 min

bravo Mr le président

Répondre
alonzy 26 octobre 2021 - 19 h 54 min

Merci Eric pour vos interventions et votre énergie qui nous redonnent de l’espoir pour ce pays !

Répondre
Jean Bart 27 octobre 2021 - 9 h 00 min

Intéressant (et bien sûr courageux) d’avoir tenté de montrer à ceux qui ne connaissent pas, même si ce n’est qu’un tableau, parmi tant d’autres analogues ou bien plus sombres, notre belle Californie sans mer. Vous savez, la Calif-Seine-Saint-Denis, c’est grand. Cependant, parcourir toute la galerie n’aurait plus été du courage, mais du suicide.

This said, here is a great advice again: puisqu’il faut vivre au moins trois ans dans ces paysages pour bien comprendre la déflagration, la dénaturation de la France (et encore de préférence sans sécurité de parcours particulière; par exemple, un fonctionnaire, respectable, devant passer trois ans là-dedans par obligation de carrière sécurisée, pourra très bien vous dire qu’il n’a rien constaté, à cette époque, de gênant), les Français, qui ne le sont pas que par le droit du sol ou par un mariage romantico-administratif, qui n’y vivent pas, ne seront jamais (tant que leurs enfants ou petits-enfants n’y goûtent pas, et encore) réceptifs à vos&nos dires.

Si vous étiez confirmé candidat à la Présidentielle, peut-être serait-il judicieux de ne pas s’éreinter contre cette terrible vérité. Ce qui est important et reste utile, c’est de rester le plus possible dans l’analyse sereine dépourvue de tout transport inutile (pour l’instant, vous y restez et c’est bien), afin que le jour venu, au moins les personnes, qui savent ce que vous relayez (et même peut-être plus), ne tremblent pas, de pure peur, ou d’un sentiment complètement injustifié, et suicidaire, de culpabilité. Oui, afin qu’ils/elles votent sans avoir à ressentir le moindre emballement, le moindre défi dans le regard.

Pour ce qui est de votre entretien avec notre concitoyen policier : bien sûr qu’il ne pouvait qu’exprimer implicitement une réserve face à des présentations en rapport avec l’immigration ; car vous le mettiez en porte-à-faux. Il n’était pourtant pas obligé de rétorquer que la plupart des actes de violence ou de trafic étaient commis par des Français.
Pourtant, disons-le pour apporter un petit tableau dans la galerie, il n’est pas impossible, y compris en tenant compte des doubles nationalités, que les archives ne le contredisent pas radicalement. Car la Police est un corps de métier au sujet duquel il n’y a pas de raison qu’il soit étanche à la communautarisation.

Savez-vous (en plus de planter des choux à la mode de chez nous), qu’un policier, appelé pour tapage nocturne, après qu’avec ses collègues il arriva sur le palier tandis que le tapage avait toujours lieu et était parvenu à ces oreilles, quelle que fût la qualité de ces dernières, et après que la porte de la famille tapageuse s’ouvrit, se retourna face à celui qui les avait appelés pour lui déclarer : « C’est parce qu’ils sont ______ais que vous faites ça? » ?
Donc, le malheureux infortuné (qui rappelons-le, n’a pas le droit de se faire justice lui-même) « faisait cela » parce qu’ils étaient ______ais. Inutile de dire que le ______ais s’est senti particulièrement à l’aise, et même menaçant jusqu’à avoir la satisfaction d’avoir de facto changé les règles de vie en immeuble après un ou deux ans (sa famille ayant au passage tissé des liens très chaleureux avec d’autres communautés opprimées par une police raciste qui n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres de notre histoire), après le passage complètement inutile et contre-productif de ce « policier ». Entre temps, celui qui « avait fait ça » a vendu son appartement et est parti.

« J’accuse » également certains policiers, quand des habitants (Français n’appartenant pas à une communauté) qui « font ça », après avoir épuisé les démarches respectueuses, font l’erreur d’en venir aux noms d’oiseaux ayant rapport à l’identité des opprimés (exaspération absolument impardonnable et surtout inexplicable- la haine reste la haine, surtout quand une contravention peut permettre à « la victime » d’investir), de falsifier les compte-rendu antérieurs des appels et des constats qu’ils ont pu faire lors de déplacements (par exemple par des « R.A.S. »), quand il s’agit de permettre aux opprimés de porter plainte à des fins pécuniaires et moralement diffamatoires.

En Calif-Seine-Saint-Denis, les communautaristes sont dans la pomme.

Et les clientélistes, en marche ou jouisseurs égorgeurs d’Anastasia, ou good people of the working right, se servent dans les placards et les réfrigérateurs.

Répondre
Lily 27 octobre 2021 - 14 h 21 min

Bravo Zemmour. Un homme digne d’être Président !

Répondre

Laisser un commentaire

Vous pourriez aussi apprecier