Accueil News Christine Kelly: «Crier sur Éric Zemmour? Du cinéma journalistique!»

Christine Kelly: «Crier sur Éric Zemmour? Du cinéma journalistique!»

FIGARO LIVE – Chaque soir, la présentatrice et ex-membre du CSA anime sur CNews «Face à l’info» l’émission à succès avec l’éditorialiste du Figaro. Invitée du «Buzz TV de TV Magazine», elle a répondu aux critiques.

TV MAGAZINE. – Vous êtes chaque soir sur CNews dans «Face à l’info» avec Éric Zemmour et quatre autres chroniqueurs. Comment organisez-vous ce joyeux bazar au quotidien?
Christine KELLY. – Je suis en immersion permanente. Dès que je sors de l’émission, on discute beaucoup. Le débat continue entre les chroniqueurs en coulisses. Je rentre, je regarde le replay, j’envoie des SMS aux chroniqueurs pour leur dire ce que j’ai apprécié et je prépare les sujets du lendemain. À 7 heures du matin, je regarde l’actualité. Une heure plus tard, j’envoie un mail à l’équipe avec des propositions de sujets. Et vers la fin de matinée, on établit un premier conducteur et on creuse chaque chronique. Ça demande de la concentration.

Vous avez récemment dit dans une interview que vous «formiez une famille»…
C’est vrai, dans une famille, on peut se chamailler mais on se respecte. Nous sommes soudés autour d’une cause commune: «Face à l’info». Je vous garantis que l’ambiance se prolonge au-delà de l’antenne.

» LIRE AUSSI – Christine Kelly, l’animatrice qui dérange les bien-pensants

Y a-t-il une recette pour gérer votre éditorialiste vedette Éric Zemmour?
Dans l’émission, la liberté d’expression, qui est une valeur fondamentale dans notre société, est garantie. Quand on a ce principe constitutionnel en tête, on écoute l’autre. Je ne vais pas vous cacher qu’Éric Zemmour nous facilite la tâche contrairement à ce qu’on peut croire car c’est quelqu’un qui arrive souriant, toujours de bonne humeur. Personne ne peut l’imaginer mais il met une bonne ambiance sur le plateau. Avant l’antenne, on est toujours en train d’éclater de rire. L’autre jour, à l’Assemblée nationale, on me demandait comment je faisais pour travailler avec Éric Zemmour. Et bien j’ai répondu en aimant, en écoutant et en respectant l’autre. Ce qui me choque aujourd’hui, c’est qu’on ne veuille plus écouter l’autre.
On n’éteint pas un incendie avec des flammes. On n’éteint pas Éric Zemmour avec sa fougue, en lui criant dessus, en faisant du cinéma journalistique. Je ne me positionne pas comme son contradicteur mais je distribue la parole, je tempère, modère et précise. C’est un exercice extrêmement difficile dans les conditions du direct. On peut échouer, on peut passer à côté mais l’essentiel c’est d’être concentré. Le téléspectateur est plus intelligent qu’on ne le croit. Il est d’accord par moments et à d’autres non.

Lire le reste de l’article sur le Figaro

Commentaires

3 commentaires

Ameye 8 mars 2021 - 11 h 52 min

J’ai bien aimé votre récente émission au cours de laquelle vous avez débattu avec Eric de la voiture électrique. Pourquoi l’énergie propre qu’est le bioéthanol n’est jamais évoquée ? Est-ce un sujet tabou parce que son coût est beaucoup plus intéressant (0.60 € le litre) que tout autre carburant ? Je ne comprends pas le black-out qui est fait sur ce carburant bio dont la distribution se développe beaucoup (2000 stations en France) et qui convient à tout véhicule essence bien moins cher qu’un véhicule électrique.

Répondre
PEYRICHOUT P 18 mars 2021 - 0 h 17 min

Bravo Christine vous animez chaque soir cette émission à la perfection avec beaucoup de classe et d’élégance ,je ne rate aucune soirée de face à l’info c’est vrai que je suis fan de E Zemmour de sa culture et de ses connaissances.je le trouve talentueux sans langue de bois .j’apprécie toute votre équipe et tout les.sujets sont abordés dans votre équipe avec respect dans une bonne.humeur , c’est un plaisir de vous suivre chaque soir .Bravo

Répondre
Nestor Vénitien 27 mars 2021 - 9 h 15 min

Proposition de Sujet de débat, difficile a formuler :
Mes enfants, Francais de souche tous les deux ,on quitté la France, a mon grand desespoir, et ne veulent surtout pas y revenir.
Il en va de même pour leurs amis, leur compagne et leur compagnon(s) respectif(s).
Les historiens se sont toujours demandé pourquoi les invasion du debut du moyen age ont si facilement pénétré à l’intérieut de ce pays qui allait devenir la
France ? (Attila et consort)
Certain ont évoqué que le peuple étant assomé d’impots et de taxes, et de contraites, et donc, ne voyait pas l’intéret de s’opposer a ses invasions.
N’est ce pas un peu la même chose aujoutd’hui, avec nos jeunes qui desertent ce pays ?

Répondre

Laisser un commentaire

Vous pourriez aussi apprecier